Zoom sur la cantine de l’ESSVA

Zoom sur la cantine de l’ESSVA

Qui d’entre nous ne cherche pas un refuge après quelques heures de travail ou d’étude ? A L’ESSVA bon nombre d’étudiants ainsi que des profs font un petit créneau pour prendre un petit casse-croute à la cantine. Les élèves stagiaires en hôtellerie et restauration gâtent les clients avec leurs diverses gourmandises que ce soient sucrées ou salées.
Mais dans le back-office de ses petites avidités, toute une équipe s’organise pour la réalisation des gouters vendus. Les ainés, tels les étudiants niveau trois font la supervision de l’équipe dont laquelle est composée d’une trentaine de stagiaires en deuxième année. Ces derniers sont chargés de la production des collations ainsi que le service de la salle. Dans la mention Hôtellerie et restauration, les étudiants ont le privilège d’étaler leur créativité en inventant les recettes qu’ils veulent réaliser avec la validité du chef cuisinier. La cantine est ouverte seulement le matin du mardi au jeudi, et éventuellement le vendredi lorsqu’il y a des restes de la production de la veille qu’il faut liquider. Pendant ces jours d’ouvertures, sept variétés de gouters sont produits dont quatre salés et trois sucrés ; chaque sorte de produit compte environ vingt pièces. Concernant le budget pour la création, il y a une fiche technique établie par les étudiants afin de pouvoir évaluer les dépenses. Toutes ces dépenses sont à la charge de l’ESSVA et ils seront remboursés par la suite grâce au revenu perçu après la vente des produits.
Des gourmandises appétissantes sont servies dans la cantine pour donner satisfaction aux amoureux de la gastronomie, d’ailleurs les prix sont abordables et corresponds parfaitement au pouvoir d’achat des étudiants.

Une année de challenge à l’ESSVA

Une année de challenge à l’ESSVA

Cette année académique 2020-2021 sera un grand défi pour les étudiants et responsables de l’ESSVA. Elle sera écourtée dans la durée, mais incluant tout de même les mêmes activités et cours. Pour les responsables, l’année va exiger des différents acteurs de donner le maximum pour y arriver. Les professeurs sont obligés de raccourcir les cours magistraux et laisser l’opportunité aux étudiants de faire des travaux de recherche individuels.
En effet, tout le programme académique doit se faire en huit mois. En notant que les examens finaux se dérouleront au mois de juillet, la proclamation des résultats et la sortie de promotion se tiendront vers la fin du mois d’août.
Particulièrement pour les étudiants en dernière année de licence, la rédaction du livre de mémoire doit se faire dans ce délai. Et à cause de la crise sanitaire et du confinement, ces étudiants n’ont pas pu réaliser des stages pour la collecte de données. Pour ce faire, l’Ecole leur réserve donc quatre semaines pour faire des stages ou collecter des données pour leur mémoire, du 08 mars au 07 avril 2021.
La tension et le stress se font tout de même sentir pour ces étudiants, vu ce challenge auquel ils seront confrontés. Un étudiant de troisième année nous a confié son ressenti « j’ai très peur de ne pas finir la rédaction de mon livre à temps, car sans compter ce mois de janvier, il ne nous reste que six mois pour le finir. C’est très court comparé aux années précédentes, mais je relève le défi car mon diplôme m’attend. »
Olivier, Cinthia, Andrianina

RENTREE SOLENNELLE 2020-2021 DE L’ESSVA

RENTREE SOLENNELLE 2020-2021 DE L’ESSVA

La rentrée solennelle de l’Ecole Supérieure Spécialisée du Vakinankaratra ou ESSVA s’est tenue le vendredi 5 février dernier dans l’enceinte de l’université. Elle a débuté l’année académique 2020-2021 avec une messe du Saint Esprit mais a permis aussi de récompenser les lauréats de l’année précédente.
Tous les étudiants sont arrivés en avance pour prendre place et préparer leur esprit pour la messe. La célébration eucharistique a débuté à neuf heures précises dirigée par le Père Jean Clément RANDRIANAIVOZAKA, ancien Recteur de l’ESSVA. Il a été assisté par le Père Edmond RAKOTONDRAMANANA, le Recteur actuel, ainsi que d’autres prêtres du diocèse.
Lors de l’homélie, le Père Clément a insisté sur le fait que « Le savoir-faire ne suffisait pas mais qu’il fallait aussi développer le savoir-être ». Mais encore : « La devise de toutes les Ecoles catholiques dans le Diocèse d’Antsirabe est de faire des études pour réussir. Le savoir-faire combiné avec la foi, l’amour et la justice sont les clés de la réussite. »
La remise des prix pour les lauréats de l’année dernière a ensuite été effectuée par le Directeur de l’Enseignement, M. Jeannot Jaofetra RANAIVO, assisté par les divers Responsables de mention. Comme il est de tradition à l’ESSVA au début de chaque année académique, tous les étudiants et étudiantes qui se sont distingués par leurs savoir, savoir-faire et savoir-être étaient à l’honneur. Les trois premiers étudiants de chaque mention et chaque parcours ont ainsi reçu des prix.
La cérémonie de la rentrée solennelle s’est terminée à 11h, suivie d’un cocktail pour les membres du personnel et invités de l’ESSVA au restaurant Le Masoandro.
Il faut aussi souligner que tous les ans, la célébration de la rentrée solennelle de l’ESSVA se fait au mois de décembre mais à cause de l’épidémie de covid-19, la rentrée de l’année académique a été retardée. Espérons qu’il n’y aura plus de re-confinement pour que l’année académique puisse se terminer sans interruption.
Henintsoa RAZAFIMAHATRATRA
Camille RAJAONARIVELO
Todisoa RANDRIAMANANTENA

La rentrée des étudiants en première année

La rentrée des étudiants en première année

Une mise au point pour bien commencer l’année.
La rentrée des étudiants de première année de l’ESSVA s’est tenue le lundi 11 janvier, pour l’année académique 2020-2021. Cette année, l’école accueille 280 nouveaux bacheliers et autres étudiants. Ces nouveaux venus ont été classés selon la filière ou la mention de leur choix. Comme au début de chaque rentrée académique, les différents responsables de l’école ont entamé l’année par une assemblée générale pour « briefer » ces derniers. Ceci, dans le but de les informer des règlements et de la discipline à respecter au sein de l’école.
A souligner que l’ESSVA prépare pour ces nouveau venus une session de remise à niveau linguistique, culturelle et méthodologique qui durera quatre semaines. Des modules qui leur permettront d’entamer les études universitaires et d’apprendre certains modes de conduite qui leur seront nécessaires pour leur vie future mais aussi en tant qu’étudiants.
A titre d’exemple, les étudiants suivent des cours de perfectionnement de la langue française, tant orale qu’écrite. Des enseignants qualifiés dans leurs domaines respectifs pourvoient des cours de renforcement de grammaire, d’orthographe et d’expression orale à ses étudiants. L’ESSVA a pris cette initiative car la plupart des cours qui y sont dispensés sont en langue française. D’ailleurs, il est opportun de mettre tous les étudiants au même niveau avant d’entamer effectivement les cours.
C’est une bonne tradition de l’ESSVA qui la singularise des autres universités. Une méthode efficace pour éviter l’abandon précoce des étudiants au cours de leur cursus universitaire, pour cause de difficultés de maîtrise de la langue française.
Fréderic, Richella, Fania

Discipline ESSVA

Discipline ESSVA

L’ESSVA forme des citoyens-modèles
« Foi et excellence », telle est la devise de l’ESSVA. Une école catholique qui a déjà sa place en tant qu’établissement d’enseignement supérieur de référence à Madagascar. Elle illustre son image à travers l’application d’une discipline rigoureuse et des cours qui correspondent bien aux besoins du marché de l’emploi. Tout cela dans le but d’atteindre l’excellence.
En abordant le sujet de la discipline, les étudiants ont généralement tendance à adopter un comportement de réticence, traduisant cela comme une mesure d’oppression. Or, ces règlements sont justement établis pour que ces derniers puissent déjà se préparer aux conditions de travail dans le milieu professionnel et pour qu’ils deviennent des personnes respectueuses et responsables.
Sans oublier que ceux-ci seront les futurs acteurs du développement du pays. C’est pourquoi l’ESSVA s’attache à donner la meilleure éducation à ses étudiants. A titre d’exemple, le règlement relatif à la tenue vestimentaire est strict. Il est d’ailleurs interdit de porter des jeans que l’on appelle « destroy », les mini-jupes, les shorts pour les étudiants et étudiantes. Même si c’est une tendance des jeunes du moment.
Le préfet de discipline stipule bien que : « notre façon de nous habiller démontre trois points : et d’un, que notre corps est en harmonie avec notre esprit, et de deux, que nous avons du respect pour l’endroit où nous allons et enfin, que nous respectons les personnes que nous côtoyons. »
La ponctualité, la propreté, le respect des professeurs et le savoir-vivre font également partie de la discipline que l’école fait appliquer.
D’ailleurs, face à la pandémie de coronavirus, il est impératif pour chaque étudiant de porter le masque, de se laver les mains avec du savon et de l’eau au portail ou d’utiliser un gel hydro alcoolique. Sans oublier le respect de la distanciation sociale dans les salles de classe. Bref ,ces règlements ne sont pas simples, mais sont établis dans l’objectif de former de futurs cadres responsables et opérationnels pour affronter le milieu professionnel.
Fitea, Patricia, Raima